NILS GUADAGNIN

NÉ EN 1985, VIT ET TRAVAILLE À PARIS ET EN INDRE-ET-LOIRE

Si la première des deux vidéos que présente Nils Guadagnin propose des images presque abstraites de tempêtes filmées dans le grand Ouest américain, la seconde s’attarde en plans fixes sur une méduse évoluant dans un aquarium. Ce renvoi aux éléments naturels trouve un échos immédiat dans l’ensemble de « trois panneaux grillagés inspirés de ceux que l’on retrouve fréquemment aux États-Unis et sur lesquels sera disposé un ensemble de bâches plastiques recouvertes à la feuille d’aluminium comme des sortes de drapés argentés. Ce qui m’intéressait au départ était l’opposition formelle entre les bâches argentées, envisagées comme sculpture souple, et l’aspect solide et rectiligne des structures. Je me suis également tourné vers ce type de barrières spécifiques (parfois appelées Cyclone Fence) qui tissent un lien avec le travail vidéo sur les tornades lui-même réalisé aux États-Unis. » Les Versicolor mirror poursuivent cette exploration des matières à partir de plaques de titane polies, trempées dans un bain électrolytique qui leur donne un aspect irisé allant du bleu au jaune violet. « De façon générale, je souhaite au travers de cette installation et cet ensemble de pièces mettre en avant plusieurs sortes de changements et modifications matérielles qui valorisent – de façon paradoxale – la part insaisissable et immatérielle des phénomènes qu’elles révèlent.

Cyclone Fence, installation, sculpture en inox, grillage, aluminium sur bâche plastique, 2 x 1 x 2,5m chacune, 2015
Cyclic Matter, 2015, vidéo 3.30min, musique par Cédric Elisabeth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *