NÉ EN 1973, VIT ET TRAVAILLE À ORLÉANS (LOIRET)

« Aujourd’hui plus que jamais, avouait dernièrement l’artiste, mon travail se situe finalement dans le champ d’une œuvre poétique, marquer les déplacements entre mes deux pays d’origine où je ne cesse de réinventer à chaque voyage, mon propre espace migratoire, mon espace de circulation. La traduction du destin d’un fils d’immigré, sa quête d’amour, ses repères, ses émotions particulières, son désir d’écrire l’histoire se mêle alors en autant de tentatives de passages physiques ou inconscients, qui se formulent dans le film 4160 en une sorte de parabole de ce que serait l’intimité migratoire. Arrivé en résidence d’artiste à Rome (Villa Médicis, 2013-2014), j’ai imaginé mon travail d’atelier et de studio comme un espace de transmission, un lieu d’exil – je dirais une sorte de « fuite romaine » – où je pouvais tout à la fois m’isoler, m’étaler, me projeter vers un nouveau cycle de travail et renouer avec de lointaines racines méditerranéennes. » Constitué de deux parties qui s’entremêlent dans le jeu du montage, 4160 présente les moments de travail en atelier. Là, à partir des objets de la grand-mère de l’artiste, ses deux enfants construisent des jeux et des représentations qui répondent sous forme poétique à l’autre partie du film, partie tournée au Maroc et qui atteste des interrogations de l’artiste quand à la possibilité de construire son histoire intime autrement.

4160 – Vidéo installation, Italie, Maroc, 2014, musique originale Mathieu Gaborit, projection de 800 x 230 cm, splitscreen, quadriphonie, production de l’artiste, résidence Villa Médicis, Co-production MAXXI-Musée National des Arts du XXI e siècle. Mécénat du PMU pour la Triennale de Vendôme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *